Les Monuments

 


 

La poste:

 

la boite postale

a poste boite

 Construite en 1924 et toujours en activité.


 

  •  La Mairie:

la mairie


 

  •  L'école:

La première école fut installée dans une des tours du vieux Château. Aujourd'hui, elle se situe dans la cour de la Mairie, au bourg.

 


  •  Le Monument aux Morts: 

 monument mortspieds

Le soldat de Chissey en Morvan, harnaché, musette et    bidon en bandoulière, porte, sur son dos, le sac qu’ont connu tous les militaires du début du 20ème siècle :

Le fameux « As de carreau » surmonté de la couverture, de la toile de tente et de la gamelle étincelante, (qu’il faudra rapidement noircir pour ne pas se faire repérer). Sur les côtés, la paire de souliers de rechange ; savant échafaudage que seuls les anciens savaient arrimer correctement !

On remarque qu’il ne manque pas un clou aux souliers. Des générations entières ont usé ces brodequins remplacés, à partir de 1945, par les « rangers » à semelles en caoutchouc. Cela se fait lentement avec, pour conséquence, la diminution sensible et progressive des crevaisons des pneus de vélos et d’autos sur nos routes départementales et communales.

Le soldat des monuments aux morts est toujours propre, impeccable ; jamais de traces de boue, de tâches de sang, de déchirures sur les vêtements. En réalité, il en était bien autrement dans les tranchées où toilettes et nettoyages étaient impossibles. Les statuaires ont tenu à laisser, aux générations futures l’image d’un héros parfait, idéalisé. Même « les soldats agonisants » sont représentés « nets et propres ».


 

  • L'Eglise St Martin

 eglise 1

L’église paroissiale partie supérieure de la commune est dédiée à St Martin, évêque de Tours. Elle est classée monument historique.

 Pierre Eglise

 

 

 

 

 

 

 

Regardez bien cette pierre !

Elle a son histoire !

Elle est située à gauche de la porte principale de l'entrée de l'église.

La location des bancs et des chaises se faisait aux enchères. Le dimanche où l’on célébrait la fête  patronale, la St Martin, à la sortie de la messe, le président des paroissiens montait sur un bloc de pierres situé près du porche de l’église et procédait à la mise aux enchères des bancs et des chaises.

Bien évidemment, des rivalités naissaient entre certaines familles. Cette coutume a disparu dans les années 1940. Par ailleurs, plus tard, ce bloque de pierre servait aux paysans qui recherchaient du personnel saisonnier pour les aider aux champs.

SAINT MARTIN

st martinViergest barbe

 

 

 

 

 

 

 

La Vierge Marie et son enfant                 Sainte Barbe

Le choeur de la chapelle date du XIIème siècle.

Dans ce choeur, nous pouvons apercevoir la statue, en bois polychrome, de la vierge tenant l’enfant Jésus.
Il y a aussi la statue de St Barbe, patronne des artificiers et des soldats. Sainte Barbe tient dans son bras gauche une tour, cette dernière symbolise à la fois le lieu où l’on stock la poudre pour les canons et à la fois la connaissance.
En effet, les créneaux de la tour ont pour but de diffuser le savoir.

 La nef, surmontée d’un clocher en bardeau, avait été rebâtie en 1755 sans aucun style. Un siècle plus tard, aucune réparation ayant été faites, les fidèles devaient ouvrir leur parapluie s’il venait à pleuvoir lors des offices. C’est en 1898 qu’elle fut restaurée.

 La surface de l’église est de 240 m2. Sa longueur, de la grande porte à la table de communion est de 26 mètres 85.

 L’abside, à 5 pans, est éclairée par 5 fenêtres fermées par des vitraux. Sur l’un deux, l’abbé Gien, agenouillé, offre son église sur un coussin.

 Le clocher, précédemment au milieu de la nef, fut reconduit au dessus du porche d’entrée.

*****************************

Les Cloches de l'église:

 

Voici ce que nous pouvons lire sur les cloches du clocher de l'église Saint Martin de Chissey :

L'église possédait un clocher, mais pas de cloche, car celle qui existait était fêlée. la première restauration étant en cours, Sébastien Baroillier chargea l'Abbé Gien en 1884 d'acheter une cloche " qui soit suffisante ".

 les cloches

Elle fut commandée à la maison Crouzet Hildebrand à Paris. Elle fut baptisée le Dimande des Rameaux 1884, par l'abbé Genty, vicaire général. Elle pèse 750 kg et a coûté 2500 Frs. Elle eut pour parrain son donateur et pour marraine, Melle Octavie de Flacelière (Madame Martin). Elle donne le "FA" naturel de la gamme et elle se   nomme Sébastienne Octavie. les cloches 2

 

 

 

 

La cloche fêlée a été refondue également par la même maison Crouzet Hildebrand et baptisée le 3 Août 1884 par le même abbé Genty.

Elle eut pour parrain M. Auguste Machin et pour marraine Mme Blanche Passier. Le parrain et la marraine ont pris à leur charge les frais de la refonte.

 La cloche donne le "LA" naturel de la gamme et pèse 450 kg.

 

*****

 A la restauration complète de l'église, certains paroissiens trouvèrent que deux cloches étaient insuffisantes.

Mme Etiennette Machin, veuve Fevrot, s'offrit pour en supporter la charge.

Cette 3 ème cloche fut commandée à la maison Monnet à Lyon. Elle a été baptisée le 31 Juillet 1898 par l'abbé Beney, aumônier de l'hôpital d'Autun.

Elle a pour parrain M. Henri Martinet et pour marraine, la donatrice; elle pèse 250 kg, a coûté 1050 Frs et donne le "DO" naturel de la gamme.

image grossit de la cloche

 

Les trois cloches sont parfaitement accordées. Chaque   cloche porte tout autour de sa base, en relief, la mention :

 " je m'appelle ....."

 

 

 

 


  • La Croix de Souvertla croix de souvert

 

l'emplacement de cette croix est une marque de symbolisme, qui autrefois servait aussi aux processions.

L'ancienne croix devenue vétuste au fil du temps, a été remplacée par une neuve, dans laquelle une statue de la vierge se trouve incrustée.

 

Cette œuvre est due au talent de Jean CANAL, résidant à la CELLE en MORVAN.

 

Cette croix est fleurie régulièrement et très bien entretenue par Madame Monique WILLEMS de Souvert.